LE FLUX DES MIGRANTS

Depuis le début de ce siècle, de plus en plus de personnes originaires de pays où règnent la guerre et la pauvreté tentent d’atteindre l’Europe. D’importants flux de réfugiés, dont la plupart fuient les conflits en Syrie et en Afghanistan. Mais aussi, des personnes originaires d’Irak, d’Iran et de pays africains tels que le Congo, le Cameroun, le Soudan du Sud, la Somalie, le Nigéria, la Libye et l’Érythrée.

A ce jour, beaucoup de personnes recherchent désespérément la sécurité en Europe. Les frontières autour de l’Europe ont été fermées suite à l’accord de mars 2016 entre l’UE et la Turquie pour un pacte migratoire entre ceux-ci puis ont suivi ceux avec les pays africains. Les routes possibles s’effectuent principalement par la mer.

Les réfugiés paient beaucoup d’argent pour effectuer la traversée de la Turquie vers les îles grecques souvent sur de petits bateaux de fortune. S’ils survivent au voyage, ils sont transférés dans des camps de migrants, qui deviennent de plus en plus bondés.

LESBOS

Les îles grecques de Limnos, Kos, Rhodes, Samos, Chios et Lesbos sont proches de la côte turque. C’est pourquoi de nombreux bateaux de passeurs d’êtres humains y arrivent, plus particulièrement à Samos et Lesbos. De janvier à août 2018, 16.262 personnes sont arrivées sur les côtes grecques. La majorité, soit 8.550 personnes, a atteint Lesbos.

A leur arrivée, les réfugiés sont immédiatement dirigés vers des camps pour l’enregistrement. En 2015, le terrain près de la prison de Moria sur l’île grecque de Lesbos a été transformé en camp pour les migrants. Sa superficie représente celle de huit terrains de football. Le plan était d’y accueillir 1.200 réfugiés. Des milliers de personnes sont à l’heure actuelle dans ce camp et rien n’est conçu pour un tel nombre.

Le ministère grec des migrations gère le camp de Moria, le HCR et les autorités européennes supervisent l’enregistrement.

CAMP DE MORIA

Les conditions de vie y sont horribles. Les réfugiés vivent sur un terrain vallonné, stationnés dans des tentes ou des cabines les unes sur les autres.

La plupart d’entre nous pensent qu’en Grèce, il fait beau et chaud toute l’année. Mais au fil des saisons Lesbos connait froid, pluie, chaleur torride et neige. La neige provoque l’effondrement des tentes. Il fait donc froid ou chaud dans le camp, il y a un manque de nourriture et partout on voit des ordures et des excréments. Ces derniers parce qu’il n’y a pas assez de toilettes (utilisables) pour toute cette population.

Il y a également une pénurie de douches utilisables. Le manque d’eau est chronique. La pression psychologique provoquée par l’entassement des abris et vivre les uns sur les autres est énorme et atteint la limite du tolérable, ou a déjà dépassé ce stade.

LA SITUATION SE DEGRADE

Ro-La est une jeune femme syrienne. Elle a fui vers Europe pour sa sécurité et s’est retrouvée au camp de Moria. « La vie est un enfer », dit-elle. « Beaucoup trop peu de sanitaires pour tous ces milliers de personnes et souvent pas d’eau. Si vous pouvez déjà prendre une douche, vous en sortez plus sale qu’en y entrant.  » Regardez une interview avec Ro-La ici.

Les organisations humanitaires proposent des heures de consultations médicales et une assistance psychologique. Elles gèrent le problème des vêtements et des couvertures, ainsi que les classes pour les enfants et les bibliothèques. Des tentatives sont faites régulièrement pour améliorer les installations sanitaires déficientes dans le camp de Moria, jusqu’à présent cela n’a pas vraiment été possible, en partie en raison de la capacité limitée de l’infrastructure à proximité du camp.

La situation au camp Moria se détériore au fil des jours. Chaque semaine, des réfugiés viennent sur l’île par bateaux. Le nombre de personnes autorisées à quitter l’île est bien inférieur à celui des nouveaux arrivants. Le résultat fait que le nombre de réfugiés à Lesbos augmente de jour en jour.

La vie quotidienne des personnes du camp Moria consiste à attendre en rangées. Attendre de la nourriture, attendre de l’eau potable, attendre des nouvelles de la procédure et en attendant essayer de rester au sec et au chaud, ou de supporter la chaleur.

Cela peut paraître une situation temporaire, mais les procédures de demande d’asile sont si lentes que ces personnes sont obligées de vivre pendant des mois, voire des années, dans ces circonstances. Elles sont déjà accablées par des traumatismes liés à la guerre et à leur fuite et doivent maintenant vivre avec l’incertitude de savoir si elles pourront rester en Europe ou seront renvoyées en Turquie ou dans leur pays d’origine.

SHOWERPOWER AIDE

Bien sûr, ceci est trop demandé à des personnes qui sont tant traumatisées. ShowerPower veut aider à rendre la vie des réfugiés dans le camp un peu plus supportable. Nous le faisons en offrant des douches propres et sécurisées à l’extérieur du camp.

Cela peut sembler très simple, mais une douche chaude de temps en temps fait toute la différence. L’eau chaude apaise et vous pouvez enfin vous laver les cheveux ou baigner votre enfant pour échapper temporairement à la réalité. Parce que vous vous sentez pour un moment un être humain.

Lisez ici comment ShowerPower travaille

LA MAISON DE DOUCHES

ShowerPower veut donner au plus grand nombre de personnes possible la chance de pouvoir prendre une douche dans un endroit propre et sécurisé dans le camp de Moria sur l’île grecque de Lesbos. Nous procédons comme suit :

Nous avons créé un «bain public» dans une maison à une distance raisonnable du Camp Moria. Nous fournissons des serviettes, des sous-vêtements neufs, des articles de toilette, un mini-bus pour transporter les personnes depuis et vers Moria. Cette maison est gérée avec l’aide de bénévoles.

Le besoin était grand. ShowerPower a démarré en février 2018 pour les femmes et enfants, les plus vulnérables. ShowerPower opère dans une maison louée via BeTheChange@ Lesbos.

TOUT LE MONDE PEUT AIDER

Tout le monde peut contribuer à améliorer les conditions de vie des habitants du camp Moria. Saviez-vous qu’avec 4 € vous pouvez déjà offrir une douche à quelqu’un? Donc, que vous donniez 5 € ou 100 €, chaque montant contribue à atteindre ou surpasser notre objectif.

N’hésitez pas à partager la mission de ShowerPower sur les réseaux sociaux avec vos amis, collègues et famille.

Bien sûr, vous pouvez également nous aider en faisant du bénévolat avec nous. C’est possible avec votre ordinateur portable de n’importe quel endroit dans le monde mais aussi sur place dans la maison ShowerPower à Lesbos en Grèce.

Sources:

UNHCR

MIGRATION POLICY INSTITUTE

BBC

(Until further notice the ShowerPower house is closed)

read more..